Corinne Vignon
12 bis chemin Mal Clabel
31500  Toulouse
N°TVA : 51339930984

Balma. Les services à la personne peinent à recruter
06/12/2021

Balma. Les services à la personne peinent à recruter

Alors qu’elle vient de recevoir le 1er prix des trophées des Services à la personne d’Occitanie ("La Dépêche" du 19 octobre), Florence Carbonneaux est allée à la rencontre de Corinne Vignon, députée de la majorité présidentielle. Accompagnée par Dominique Bucheraud, responsable de l’agence balmanaise d’aide à la personne "Aquarelle" qui l’emploie, Florence Carbonneaux a souhaité exposer à la députée, qui tenait sa permanence en mairie de Balma, les difficultés liées au manque d’attractivité de son métier d’auxiliaire de vie. Une profession qui l’amène à se rendre chez des personnes âgées, malades ou handicapées, afin de les accompagner dans leur quotidien.

Pour Dominique Bucheraud, il devient presque impossible de recruter du personnel. "Cela fait neuf ans que je suis installé à Balma et c’est la première fois que je rencontre ce type de difficulté", reconnaît-il, avant d’ajouter : "À ce jour, j’ai 15 dossiers de personnes dépendantes que je ne peux pas prendre en charge. La semaine dernière, une personne âgée de Balma avait besoin de nos services parce ce qu’elle s’était cassé le bras. Ça m’a fendu le cœur de lui dire que je ne pouvais pas intervenir". Aussi, les 25 salariés de son agence travaillent déjà à plein régime.

Trop souvent assimilée à de l’aide au ménage, son activité subit "un problème d’image", selon Florence Carbonneaux : "Nous venons d’avoir une formation afin de détecter les personnes âgées dénutries. Cela nous implique dans la santé de nos bénéficiaires".

Selon Dominique Bucheraud, "des gens ne veulent plus travailler parce qu’ils gagnent leur vie sans rien faire"… De son côté, la députée met en avant la réforme de l’assurance chômage : "Il y a aujourd’hui 1,5 million de personnes qui, si elles gagnent 500 € par mois en travaillant 10 jours, touchent une compensation chômage exactement du double", assure-t-elle. "Dorénavant, ils ne toucheront plus que 70 % de ces 500 €".

La Dépêche

Retour
Top
Chers utilisateurs, ce site stocke les cookies sur votre ordinateur.

Ils ont pour but d'améliorer l’expérience de votre site Web, tout en vous fournissant des services plus personnalisés. Les cookies sont également utilisés pour la personnalisation des publicités. Si vous souhaitez plus d’informations sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Politique de confidentialité. En acceptant les cookies, vous consentez à leur utilisation. Vous pouvez également paramétrer ces derniers. Si vous refusez, vos informations ne seront pas suivies, au moment de visiter ce site. Un seul cookie sera utilisé dans votre navigateur pour mémoriser votre préférence de ne pas être suivi.
Tout refuser
Personnaliser
Tout autoriser
Paramètres cookies