Corinne Vignon
12 bis chemin Mal Clabel
31500  Toulouse
N°TVA : 51339930984

Corinne Vignon : "les maires se dévouent de façon exemplaire"
30/08/2019

Corinne Vignon : "les maires se dévouent de façon exemplaire"

Votre permanence a été victime de tags et d'insultes au début du mois d'août, avez-vous été la cible de nouvelles attaques ?

Ma permanence parlementaire a subi à deux reprises des dégradations. Le 1er août, des agriculteurs de la FDSEA ont muré l’entrée avec des parpaings. Dans la nuit du 4 au 5 août, les murs extérieurs ont été tagués de propos haineux envers la majorité. J’ai bien sûr déposé plainte et regrette que des individus extrémistes expriment leur désaccord envers la politique du Gouvernement en dégradant le lieu de travail des élus de la Nation. Aucune attaque n’a été menée depuis, mais je suis dans l’obligation de sécuriser davantage ma permanence parlementaire et mon domicile afin d’éviter toute nouvelle dégradation.

 

 

Plusieurs élus, notamment des maires, ont été la cible d'attaques cet été, quel est votre sentiment, est-ce lié à une forme de déconnexion entre les élus et la population ?

La violence exprimée par certains de nos concitoyens m’indigne ! Les maires de nos communes se dévouent à leur fonction de manière exemplaire, bien souvent en parallèle d’une activité professionnelle. Au service des Français qu’ils représentent, les élus locaux sont bien souvent les premiers interlocuteurs des citoyens. Les agressions qu’ils subissent sont le fait d’individus isolés, ils ne représentent pas le sentiment général des Français envers leurs élus. Pourtant, ils nuisent à cette fonction. De nombreux maires ne souhaitent pas se représenter en 2020. Et cette vague de violence découragera certainement nombre d’aspirants. Au même titre, les dégradations exercées contre les permanences de nombreux députés cet été sont consternantes. Les députés représentent et défendent les citoyens. Nous sommes à l’écoute de toutes les voix d’opposition, sauf lorsqu’elles prennent la forme d’une démonstration de force. Je partage mon temps entre l’Assemblée nationale et ma circonscription. Aller à la rencontre des citoyens et des associations, recevoir et échanger avec les syndicats, consulter les institutions constitue l’essentiel de ma fonction. J’y suis très attachée parce que je ne conçois pas ma mission différemment. Je continuerai de le faire dans un cadre démocratique et serein.

 

Depuis les débuts du mouvement des Gilets jaunes, la confiance entre les élus et le peuple s'est-elle rompue ?

Les sondages le montrent : la confiance des Français dans leurs institutions s’est dégradée. Héritière d’une déconnexion progressive des élus avec le terrain, elle est aussi la conséquence d’une exigence accrue, et légitime, des administrés envers leurs représentants. Les revendications exprimées par le mouvement des Gilets jaunes ont été entendues par le gouvernement et la majorité. Elles ne datent pas d’hier. Le Grand Débat a donc permis aux Français de s’exprimer et de nombreuses idées sont remontées. Nous, parlementaires de la majorité, continuerons de nous en inspirer afin de continuer la transformation de notre pays.

 

Comment les élus de la République peuvent-ils regagner cette confiance ?

Le gouvernement et la majorité ont déjà entrepris de nombreuses réformes, conformément aux engagements du président de la République, pour regagner la confiance des Français. Dès 2017, nous avons voté la fin du régime spécial de retraite des députés, la suppression de la réserve parlementaire, le contrôle des frais de mandats... Le renouvellement de la classe politique est une réalité : 91% des députés de la majorité sont élus à l’Assemblée nationale pour la première fois ! Présenté le 17 juillet dernier en conseil des ministres, le projet de loi « Engagement et proximité » a pour objectif de revaloriser la commune et de la remettre au cœur de notre démocratie. Il vise à renforcer les droits des élus mais également accorder plus de libertés locales pour agir au plus près du terrain. Avec les trois projets de loi réformant les institutions, nous allons réduire le nombre de parlementaires et de sénateurs et instaurer 20% de proportionnelle aux élections législatives. Nous souhaitons recourir davantage aux référendums. Le seuil du RIP sera donc abaissé.

Je demeure persuadée que nous devons nous attacher sérieusement à restaurer la relation de confiance entre les élus et leurs administrés. La tâche n’est pas facile, nous en sommes conscients, mais il ne faut pas minimiser les premières mesures qui ont été prises. Le contrôle des frais de mandat, par exemple, n’avait jamais été appliqué. Ce n’est qu’un début, je soutiendrai toutes les mesures qui auront dans ce sens. Ma conviction reste que les élus doivent aller au-devant des Français, sur le terrain. C’est ce que je m’évertue de faire, en allant sur les marchés et dans les entreprises, en organisant des permanences en mairies. Je continuerai de le faire tout au long de mon mandat.

Julie Philippe

La dépêche

 

Retour
Top