Corinne Vignon
12 bis chemin Mal Clabel
31500  Toulouse
N°TVA : 51339930984

Maternité, pension de réversion… les propositions de la «Madame retraite» de la majorité
27/06/2019

Maternité, pension de réversion… les propositions de la «Madame retraite» de la majorité

Pas question de toucher au cœur du nouveau système. La réforme de la retraite universelle par points, dont le texte du projet de loi est élaboré dans le plus grand secret, c'est l'affaire l'Elysée et de Matignon. Mais pour la député LREM Corinne Vignon, chargée depuis six mois par la commission des Affaires sociales de présider un groupe de travail, il va falloir des mesures pour ne pas faire de perdants.

Maintien des dispositifs de solidarité. Derrière l'apparente simplicité du slogan « un euro cotisé ouvre les mêmes droits », la députée de la majorité fait savoir, dans un rapport que nous nous sommes procuré, qu'il « existe un nombre substantiel de questions ». Notamment celle de la « solidarité sans laquelle la confiance des Français dans un système juste et redistributif serait illusoire ».

C'est l'objectif de cette dizaine de propositions « correctives » issues des travaux menés avec tous les groupes politiques de l'Assemblée nationale, que la députée de Haute-Garonne doit dévoiler ce mercredi. Elles seront remises au Haut commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye qui doit rendre ses recommandations mi-juillet au gouvernement, avant d'ouvrir de nouvelles concertations avec les partenaires sociaux courant de cet été.

Les pensions de réversion étendues aux pacsés. Les dispositifs dits de « solidarité » existent déjà dans le système actuel. Pension de réversion, maladie, maternité… « Aujourd'hui cela représente 20 % du volume des retraites versées, soit l'équivalent de 18 milliards d'euros sur 60 milliards » déclarait Jean-Paul Delevoye. Et le haut-commissaire d'ajouter : « il faudra renforcer le niveau de solidarité » mais « à budget constant ».

Parmi les priorités, Corinne Vignon recommande d'abord de corriger les inégalités de retraite entre femmes et hommes, notamment en consolidant la pension de réversion. Les pensions de droit direct des femmes (1 019€ par mois en moyenne) sont aujourd'hui inférieures de 40 % à celles des hommes (1 719 euros). « Tout est dit » insiste-t-elle en brandissant ces chiffres.

Or la réversion bénéficie à 89 % à des femmes. Ensuite, elle préconise d'« étendre le bénéfice de la réversion aux conjoints pacsés », car la société évolue fait-elle valoir. Elle propose aussi de supprimer la condition d'âge pour bénéficier d'une partie de la pension reversée en cas de décès.

Pas question de toucher au cœur du nouveau système. La réforme de la retraite universelle par points, dont le texte du projet de loi est élaboré dans le plus grand secret, c'est l'affaire l'Elysée et de Matignon. Mais pour la député LREM Corinne Vignon, chargée depuis six mois par la commission des Affaires sociales de présider un groupe de travail, il va falloir des mesures pour ne pas faire de perdants.

Maintien des dispositifs de solidarité. Derrière l'apparente simplicité du slogan « un euro cotisé ouvre les mêmes droits », la députée de la majorité fait savoir, dans un rapport que nous nous sommes procuré, qu'il « existe un nombre substantiel de questions ». Notamment celle de la « solidarité sans laquelle la confiance des Français dans un système juste et redistributif serait illusoire ».

C'est l'objectif de cette dizaine de propositions « correctives » issues des travaux menés avec tous les groupes politiques de l'Assemblée nationale, que la députée de Haute-Garonne doit dévoiler ce mercredi. Elles seront remises au Haut commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye qui doit rendre ses recommandations mi-juillet au gouvernement, avant d'ouvrir de nouvelles concertations avec les partenaires sociaux courant de cet été.

Les pensions de réversion étendues aux pacsés. Les dispositifs dits de « solidarité » existent déjà dans le système actuel. Pension de réversion, maladie, maternité… « Aujourd'hui cela représente 20 % du volume des retraites versées, soit l'équivalent de 18 milliards d'euros sur 60 milliards » déclarait Jean-Paul Delevoye. Et le haut-commissaire d'ajouter : « il faudra renforcer le niveau de solidarité » mais « à budget constant ».

Parmi les priorités, Corinne Vignon recommande d'abord de corriger les inégalités de retraite entre femmes et hommes, notamment en consolidant la pension de réversion. Les pensions de droit direct des femmes (1 019€ par mois en moyenne) sont aujourd'hui inférieures de 40 % à celles des hommes (1 719 euros). « Tout est dit » insiste-t-elle en brandissant ces chiffres.

Or la réversion bénéficie à 89 % à des femmes. Ensuite, elle préconise d'« étendre le bénéfice de la réversion aux conjoints pacsés », car la société évolue fait-elle valoir. Elle propose aussi de supprimer la condition d'âge pour bénéficier d'une partie de la pension reversée en cas de décès.

Des points pour les enfants. Afin de réduire l'impact de la maternité sur la carrière des femmes, il pourrait être attribué « de manière forfaitaire des points par enfants dans la limite d'un plafond » à définir. Il faudra par ailleurs « imaginer une solution pour les couples en garde alternée ». Au-delà de la maternité le rapport se penche aussi sur les aidants, souvent des femmes. « La retraite ne peut pas tout corriger, le préalable sera de revoir l'indemnisation du congé de proche aidant » explique la députée.

Un bonus-malus pour le maintien des seniors en entreprise.Autre grand axe de propositions, l'emploi des seniors qui doit faire l'objet d'un plan selon les récentes annonces du Premier ministre. Là encore l'enjeu pour les femmes, cumulant petits salaires et carrières hachées, est important. « 9 % travaillent encore entre 65 et 67 ans car elles n'ont pas assez cotisé », indique Corinne Vignon. La députée propose d'instaurer un bonus-malus pour « encourager l'embauche » et le maintien des seniors de plus de 55 ans. Elle demande aussi de revoir le cumul emploi-retraite afin de le rendre plus attractif.

Comment ? En supprimant le prélèvement des cotisations retraite « qui n'ouvrent plus à aucun droit ». Enfin, pour les jeunes « qui commencent de plus en plus tardivement à se constituer des droits », le rapport préconise d'assujettir aux cotisations patronales les « gratifications » versées aux stagiaires. « Les propositions qui ne seront pas retenues par Jean-Paul Delevoye, ou par le gouvernement feront l'objet des discussions parlementaires », prévient Corinne Vignon. Et d'assurer, bien déterminée à se faire entendre : « dès que la loi sera présentée on aura des amendements… »

Le Parisien

 
Retour
Top